accueil brèves articles liens écrivez-nous abonnement

La course de la Famille ours

.

Ce phénomène est rare. Rarissime. Tous les signes sont maintenant réunis, la grande famille ours entre en course. Dans sa carrière, un zoologue politique observera deux ou trois fois peut-être un tel événement. La forêt entière est aux aguets. Tout le monde sait qu’il s’agit d’une occasion à ne pas manquer. Un moment fascinant dans la vie des animaux.

L’ours roux du Québec (escrocus liberalis) est organisé en familles, une série de petites familles qui se rassemblent en une seule et même grande Famille. La Famille a ses règle, très strictes, très rudes. Les respecter peut vous rendre plus riche que la moyenne des ours, les briser peut rapidement mener à votre perte. Au sommet de la Famille trône le Padrinours, le patriarche de la Famille qui ne peut être déloger par un autre ours : ou il quitte la forêt, ou il meurt Padrinours. Voilà pourquoi sont très rares les courses pour le remplacer. Il arrive même qu’aucune course ne soit nécessaire, que le Padrinours qui succèdera soit déjà reconnu pour sa vitesse grâce à d’autres courses.

Les ours roux sont au cœur de l’écosystème québécois, ils connaissent toutes les espèces, tous les boisés et leur Famille leur permet de tout savoir et d’avoir une patte là où ça compte. Ils ont d’ailleurs l’impression d’être aussi vieux et éternels que la forêt elle-même. Même si l’ours roux avance lentement, semble nonchalant et bonhomme, il n’en reste pas moins que lorsque qu’il plante ses crocs ou ses griffes dans la chair d’un autre animal, c’est pour le tuer. L’ours roux a vu le sang coulé, mais il n’en laisse rien paraître. Sauf si vous le voyez en train de se battre, tout semble toujours bien aller, tout semble toujours normal.

Récemment le Padrinours a dû partir. Il était là depuis des lunes celui-là.. Escrocus liberalis typique, ce Padrinours avait le sourire en coin et la griffe impitoyable. Arrivé de l’extérieur de la forêt, il avait été rapidement le favoris et sa ligne directrice : « La Famille d’abord, oui » avait convaincu tous les ours roux, qui même dans les temps les plus orageux l’avait suivi sans rompre le rang.

Comme les ormes les plus solides, les Padrinours les plus expérimentés tombent parfois. On murmure dans la forêt que la Famille aurait exagérée, qu’elle fonctionnait un peu trop bien en quelque sorte, que la végétation plus clairsemée a rendu les activités de la Famille plus visibles. Mais qui peut reprocher à un petit nounours d’aimer le miel ? C’est comme si tous les animaux, même les plus grands amis des ours, réalisait que la Famille n’était pas là que pour aider… Il faut donc que le Padrinours laisse sa place et que la Grande course soit déclenchée pour déterminer qui la gagnera.

La Grande course des ours roux n’a rien à voir avec une course habituelle. D’abord, personne n’a la même ligne de départ. Ensuite, il ne s’agit pas tant d’aller plus rapidement que ses adversaires, mais surtout de s’empresser de les disqualifier de la course par tous les coups bas envisageable. Tout cela se passe sans que personne ne donne l’impression de faire une course ou même de se battre contre des adversaires, le plus banalement du monde, comme si tout cela était parfaitement normal et prévu ainsi.

On voit déjà poindre le museau de quelques concurrents. Alors qu’il s’était proposé en bombant le torse et en se présentant comme la suite logique du dernier Padrinours, Hamadours vient d’annoncer qu’il ne courra pas. Dommage, toute la forêt avait éclaté d’un grand rire en l’imaginant tenter sa chance. Déjà on se délectait de l’imaginer enligner faux-pas sur faux-pas, gaffe sur gaffe.

Un ours a placé ses pièces depuis longtemps pour faire cette course : Moroux. Fidèle au Padrinours il se pourlèche les babines depuis longtemps en pensant être désigné. Son problème, il s’est trop occupé à se faire connaître dans la Famille, mais le reste des animaux ne le connaissent pas et l’ours roux aime que leur Padrinours soit connu et reconnu, voire célébré et adulé. De plus, il est tellement lié au Padrinours sortant, qu’on pourrait lui coller les mêmes reproches. Il se pourrait qu’il doive attendre à la prochaine course, mais seules les divinités des bois savent quand elle viendra

Celui qui a toute les chances de l’emporter, parce qu’il part bien en avance sur tout le monde, c’est Rouillard, l’ours-docteur. Comme il a pour occupation de soigner les autres animaux, il a déjà une bonne réputation. Mais en plus, il a pris ses distances d’avec le dernier Padrinours et peut prétendre à la nouveauté. Il peut même dire qu’il aime la Famille, mais qu’il est temps d’y faire le « ménage », même si rien ne changera vraiment au final.

L’arrivée de Rouillard pourrait bien faire que, malgré tout l’intérêt du cercle zoologique pour elle, une telle course soit gagnée avant même d’avoir commencé. Il ne faut peut-être pas s’en décevoir, en fait, car c’est peut-être la conclusion la plus sage à tirer quant à la nature de la Famille de ours roux du Québec et même de la forêt toute entière : l’empressement à se trouver un chef rassurant prime sur tout le reste.

LE CERCLE DE ZOOLOGIE POLITIQUE WINSTON-SMITH



© Le Couac 2006
Téléphone / Abonnement: (514) 596-1017